EST-CE DANGEREUX ?

EST-CE NOCIF ?

 

 

"VAPOTER": est-ce dangereux pour ma santé ?

 

 

Avant même d'aborder ce sujet, un petit rappel ne fait jamais de mal !

Il y a quoi dans une cigarette classique pamis les 4000 substances chimiques?

cigarette3.jpg
 

Nous rappellons également que le tabac tue 73 000 personnes par an en France. C'est la première cause de mortalité évitable.

Le tabac tue plus de personnes que les accidents de la route, l'alcool et toutes les drogues réunies.

 

On entend souvent dire : "on ne sait pas ce qu'il y a dans les produits" et c'est une abération car c'est totalement faux ! Nous savons EXACTEMENT ce qu'il y a dans les e-liquides et fort heureusement ! 

 

Le liquide contenu dans une recharge pour cigarette électronique est constitué de propylène glycol, de glycérine végétale, d’arômes alimentaires, d'eau (<3%), et de nicotine (il existe des produits sans nicotine).

 

L'information la plus importante à retenir sur la cigarette électronique est qu'elle ne dégage aucune substance cancérigène car il y absence totale de combustion.

En effet, les éléments les plus nocifs présents dans une cigarette classique sont dégagés lors de la combustion de celle-ci (goudrons, monoxyde de carbone, particules fines, ...)

Ce qui n'est pas le cas avec la cigarette électronique dont les produits s'évaporent à faible température.

 

Il est donc impératif de toujours avoir cette information à l'esprit :

CE QUI EST NOCIF DANS UNE CIGARETTE C'EST LE FAIT D'INHALER DE LA FUMÉE !

Avec la cigarette électronique, pas de fumée mais de la VAPEUR !

 

J'attire maintenant votre attention vis à vis des médias.

Vous avez déjà pû entendre des journalistes parler de substances cancérigènes avec la cigarette électronique.

En effet, sur les plus de 240 études qui défendent la cigarette électronique depuis 2004, une étude (ou plutôt un rapport non officiel) a démontré qu'utilisée dans des conditions extrêmes (voltage beaucoup trop élevé, utilisation sans produit), une substance cancérigène pouvait se dégager : le formaldéhyde.

 

Seulement ce qu'ils ne précisent pas c'est que PERSONNE n'utilise la cigarette électronique dans ces conditions !! (Brûlures au niveau la gorge, goût de crâmé...).

 

Ce même rapport explique qu'utilisée normalement, la cigarette électronique ne contient aucune trace de formaldéhyde et n'est donc pas cancérigène.

Le problème c'est que les médias ne s'intéressent qu'à la partie de ce rapport sur le formaldéhyde ! (Ils "oublient" surement volontairement bien-sûr de préciser que lors d'une utilisation normale, cette substance est absente).

 

Après il y a les lobbies ! Que ce soit l'industrie du tabac ou les lobbies pharmaceutiques, la cigarette électronique représente un frein considérable au dévelloppement de leurs business !

C'est aujourd'hui le substitut nicotinique le plus efficace car on garde une sensation de "plaisir" que l'on n'a pas avec les patchs ou les gommes.

Le succès de la cigarette électronique ne plaît pas à tout le monde ! Et notamment à ces lobbies (qui pour la plupart sont ancrés depuis des dizaines d'années au sein même du parlement européens et votent les directives).

Les fabricants de tabac vendent de moins en moins de cigarettes (400 000 fumeurs convertis à 100% à la cigarette électronique en 2014).

D'où la campagne de DÉSINFORMATION MASSIVE émise par certains médias. C'est regrettable et nous ne faisons pas le poids face à des lobbies aussi puissants.

HEUREUSEMENT une grande majorité de professionnels de santé soutient ce dispositif car il est infiniment moins nocif que la cigarette.

>ARTICLE SUR L'APPEL DE 120 MÉDECINS EN FAVEUR DE LA E-CIGARETTE<

On est tous d'accord de préférer écouter les professionnels de santé plutôt que certains journalistes mal informés.

N'hésitez pas à poser la question à votre médecin. Il vous répondra que quoi qu'il arrive, ce sera toujours bien moins nocif que la cigarette traditionnelle.

Après il ne faut surtout pas hésiter à demander aux utilisateurs ce qui a changé chez eux après leur convertion à la cigarette électronique.

Ils vous diront en grande majorité, qu'en plus de ne plus avoir d'odeur dans les cheveux, les vêtements, à la maison, de ne plus gêner l'entourage car plus de tabagisme passif, d'économiser beaucoup d'argent, qu'ils ressentent une amélioration significative point de vue santé, qu'ils retrouvent de la capacité respiratoire, que les bronchites chroniques ont disparues (plus de particules fines qui en sont responsables), qu'ils ne font plus d'asthme (énormément de témoignages à ce sujet), qu'ils peuvent reprendre le sport avec beaucoup moins de difficultés qu'avant. Bref, tous ces avantages ne sont pas liés directement à la cigarette électronique mais à la dimunution et/ou à l'arrêt du tabac.

 

Réfléchissons avec notre tête bon sang !

La totalité des maladies liées au tabac sont principalement dues à trois facteurs déclenchés par sa combustion qui sont : 

Les goudrons = cancers

Les particules fines = maladies respiratoires

Le monoxyde de carbone = maladies cardio-vasculaires

?Alors qu'on arrête de nous prendre pour des demeurés infantiles en prétextant un principe de précaution sans jamais le nommer.

Dans 30 ans, la Vape n'aura toujours pas produit de goudrons, de monoxyde de carbone ou de particules fines et n'aura causé aucun cancer, aucune maladie respiratoire ou cardio-vasculaire.

Mais elle aura surement fait économiser 20 milliards d'euros/an à la Sécu. Et nul n'a besoin d'être medecin pour en arriver à ces conclusions.

Qu'on nous laisse le bénéfice du doute, et au moins 10 ans d'observation officielle, réelle et objective.

L'année dernière l'aspirine et le doliprane ont tués 174 personnes.

Depuis 2004 que la Vape existe officiellement, elle n'a fait AUCUN MORT.

 

 

Les composants du e-liquide : 

 

C’est quoi le propylène glycol ?

 

Toute personne qui a un jour essayé une cigarette électronique, s’est obligatoirement posé cette question : « Mais comment se fait-il que je recrache de la « fumée » alors qu’il n’y a ni combustion, ni tabac…?

Et là,  on lui a fait cette réponse : « C’est en fait de la vapeur issue du propylène glycol, contenu dans le e-liquide » … avec ça on est bien avancé !!!

On a dit tout et n’importe quoi sur  ce sujet: que c’est une substance cancérigène… que c’est de l’antigel….qu’il se transforme en gaz toxique 

Alors nous allons essayer de faire le tri et d’apporter un début de réponse.

Le propylène glycol : définition et propriétés

Le propylène glycol est un composé chimique (propane-1,2-diol appelé aussi 1,2-dihydroxypropane, methyl glycol) du groupe des alcools.

 


PG2.jpg

Structure moléculaire du Propylène Glycol

Ces principales caractéristiques sont :

  • d’être incolore,
  • légèrement visqueux,
  • peu volatile
  • de se mélanger à l’eau
  • d’absorber l’humidité de l’air (hygroscopique)
  • d’être réputé peu toxique
  • de se vaporiser autours de 60C° (c’est cette caractéristique qui nous intéresse lorsqu’on vapote car la résistance chauffe le e-liquide qui contient du propylène glycol et donc se transforme directement en vapeur à chaque bouffée !!)

 

Le propylène glycol, est-ce dangereux ?

 

Les éléments suivant proviennent d’une étude réalisée en 2010 par Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) qui a publié une fiche toxicologique sur le propylène glycol :

« Le propylène glycol est réputé peu toxique. Les effets observés font suite à son emploi dans des médicaments, des aliments, des produits cosmétiques et ne proviennent pas d’exposition professionnelle. L’ingestion par des volontaires d’une forte dose de propylène glycol n’a pas mis en évidence d’effet métabolique ou biologique patent, en dehors d’un effet sédatif isolé. L’inhalation pendant une heure d’un aérosol contenant 10% de propylène glycol ne provoque aucun effet sur les sujets exposés.

Génotoxicité

Tous les tests in vitro (test d’Ames, aberrations chromosomiques, échanges de chromatides sœurs et micronoyaux sur cellules de mammifères, transformation morphologique des cellules embryonnaires de hamster) et in vivo (clastogénicité sur cellules de moelle osseuse de souris, test de létalité dominante chez la souris par voie intra péritonéale) se sont révélés négatifs.

Cancérogenèse

Plusieurs études par voies orale, cutanée ou sous-cutanée ont montré que le propylène glycol n’est pas cancérogène chez le rat et la souris. »

Cette fiche est accessible à tous : http://www.inrs.fr/demeter/DEM%20050.pdf

On en trouve où du propylène glycol ?

Il est utilisé depuis 50 ans dans les industries alimentaire, pharmacologique et cosmétique.

Au niveau alimentaire, il est considéré comme un additif et est identifié sous le numéro E1520. Il est utilisé comme émulsifiant pour les sauces et les assaisonnements. On le retrouve très souvent dans les produits contenant des aromes (yaourt, chocolat, confiture, …).

Par exemple, jetez un œil sur les ingrédients des produits suivants :

Au niveau pharmacologique et cosmétique, il est identifié sous le numéro E490 et on le retrouve dans :

  • les soins personnels: bain douche et savons, gels, nettoyants visage, mousses à raser, lotion après-rasage, déodorants anti transpirants,  rouges à lèvres, parfums
  • Les soins de la peau : hydratants main, corps et  visage, produits solaires
  • Les soins des cheveux: shampoings, revitalisants, gels coiffants
  • Les soins bucco-dentaires: bains de bouche, dentifrices
  • Les soins pour bébé: lingettes, antiseptiques ;
  • certains médicaments : le Dilantin, les lubrifiants vaginaux, le sirop Toplexil, le sirop Aérius et bien d’autre …

Le propylène glycol est également utilisé pour simuler brouillard et fumée (fumigènes) dans les discothèques et dans l’industrie cinématographique.

Le propylène glycol, est-ce un antigel ?

Le propylène glycol  n’est pas un antigel à proprement parlé : il est utilisé pour cette fonction dans les chambres froides alimentaires car justement il est toléré dans le cadre alimentaire. Dire, sans plus d’explication que le propylène glycol est un antigel équivaut à tromper les lecteurs. Le vrai antigel (celui que l’on utilise pour les voitures ou pour les avions) est l’éthylène glycol qui est très toxique et qui ne doit pas être confondu avec le propylène glycol.

Comment notre organisme intègre le propylène glycol ?

Dans le corps humain, le propylène glycol est rapidement transformé et rejeté. Son parcours dans l’organisme est comparable à celui du sucre: le propylène glycol est rapidement modifié en acide lactique, d’une manière similaire à ce qui se passe avec le sucre (énergie) au niveau des muscles pendant une activité sportive. C’est l’acide lactique qui est responsable des crampes musculaires suite à un exercice intensif. L’acide lactique (qui est donc le métabolite du propylène glycol) est par conséquent présent naturellement dans notre corps. Il est rejeté naturellement par voie urinaire.

Quels sont les risques et les dangers du propylène glycol ?

  • Certaines personnes sont sensibles, voir allergiques, à ce produit. Il n’y a rien à faire, sauf l’éviter, ce qui ne doit pas être évident compte tenu que l’on en trouve dans une multitude de produits d’usage quotidien.
  • Le propylène glycol peut également être dangereux pour les personnes  souffrant de problèmes  rénaux

 

Alors le propylène glycol, c’est pas si grave docteur ?

 

Le propylène glycol, ça fait des dizaines d’années que :

  • l’on en mange,
  • l’on en respire
  • et que l’on se soigne avec.

Aucun problème n’a été détecté jusqu’à présent en lien avec son utilisation  dans le e-liquide des cigarettes électroniques.

Le paragraphe suivant est extrait d’un point d’information communiqué par l’AFSSAPS le 30/05/2011 :

« Par ailleurs, concernant le risque de toxicité des solvants utilisés dans les cigarettes électroniques, en particulier le propylène glycol, il est difficile de se prononcer en raison de l’absence de données qualitatives et quantitatives suffisantes. A ce jour, aucun effet indésirable ou cas d’intoxication en lien avec la présence de ces solvants dans les cigarettes électroniques n’a été rapporté. »

 

Concernant la glycérine végétale :

La glycérine végétale est un autre composant des liquides de la cigarette électronique.
 
On ne se doute pas que cette même glycérine ou glycérol se trouve déjà dans le tabac : «  Une cigarette américaine typique fabriquée à partir de 800 mg de tabac contient 2% de glycérol. Par le biais de la fumée, chaque cigarette livrera 1,6 mg de glycérol. En supposant une rétention de 100%, la dose quotidienne d’un fumeur de 60 cigarettes par exemple sera de 96 mg. »
 
Tout comme le propylène glycol, la glycérine se trouve dans notre environnement à bien des niveaux. On la retrouve dans les cosmétiques – dentifrices, bains de bouche, crèmes hydratantes, savons, etc – dans l’alimentation – utilisée comme humectant, solvant et émulsifiant – et dans les médicaments – suppositoires, sirops, etc…
 
Les autorités sanitaires américaines ne lui prêtent aucune dangerosité, y compris en inhalation : « Aucune irritation significative en inhalation. L’ACGIH évalue une nuisance au seuil de 10 mg / m3 sous forme de brouillard. Si l’irritation se produit à la suite de l’inhalation, déplacer la personne vers une zone d’air frais. »
 
Elle est également approuvée par la FDA, « généralement reconnue comme inoffensive » (GRAS) et est utilisée dans le traitement contre l’asthme.
 
La glycérine a été énormément étudiée. Nous en voulons pour preuve ce rapport de 178 pages qui analyse les effets du glycérol sur tous les organes selon divers modes d’administration. Pour l’exposition par inhalation, la conclusion est la suivante :
« Les effets irritants ont été observées à 662 mg/m3. Aucun autre organe cible n’a été atteint. Le seuil pour les effets locaux sur les voies respiratoires après exposition par inhalation est de 165 mg/m3. »
(Elle peut être irritante pour les voies respiratoires, mais à des dose extrêmement élevées, ce qui n'est pas le cas avec les systèmes actuels, les doses restent minimes).
 
 
 
La nicotine : 
 
A 99,9% pure, c'est la même que dans les autres substituts nicotiniques tels que patchs et gommes. Elle est extraite de feuilles de tabac puis purifiée.
A noter que la dose de nicotine contenue dans les eliquides est minime (6mg/ml = 0,6% / 11mg/ml = 1,1%).
La nicotine n'est pas une substance cancérigène. Elle a des effets psychoactifs similaire à la caféine.
Dans la cigarette électronique, il n'y a pas de "pic" de nicotine comme c'est le cas avec la cigarette.
 
 
 
CONCLUSION : 
 
Plus de 200 études parues à travers le monde depuis 2004 démontrent que l'utilisation de la cigarette électronique ne présente aucune substance cancérigène ou potentiellement cancérigène lors d'une utilisation normale.
Nous avons plusieurs dizaines d'années de recul quand aux substances utilisées pour la fabrication de e-liquides.
 
 

Application

Application

 

 

 

>>>> ARTICLE : DR DAUTZENBERG GRAND PNEUMOLOGUE<<<<

 

>>>> ARTICLE : 1 AN DE VAPOTAGE MOINS NOCIF QU'UNE JOURNÉE DE TABAC<<<<